0 Flares 0 Flares ×

La Corée est soutenue par l’UNESCO. Neuf sites, tant naturels que culturels, sont maintenant considérés comme patrimoine mondial dont voici la liste :

Ensemble du palais de Changdeokgung (1997)

Au début du XVe siècle, l’empereur T’aejong a ordonné la construction d’un nouveau palais dans un lieu propice. Un comité de construction du palais a été établi afin de créer cet ensemble constitué de bâtiments officiels ou résidentiels édifiés dans un jardin minutieusement adapté à la topographie irrégulière du site, d’une superficie de 58 ha. Le résultat est un exemple exceptionnel de la maitrise extrême-orientale de l’architecture des palais, harmonieusement intégré à son cadre naturel.

Forteresse de Hwaseong (1997)

Lorsque l’empereur Chongjo, de la dynastie Choson, a transféré le tombeau de son père à Suwon à la fin du XVIIIe siècle, il l’a entouré d’importants ouvrages défensifs conçus selon les préceptes d’un influent architecte militaire de l’époque, qui utilisait les dernières découvertes de l’Orient et de l’Occident en ce domaine. Les remparts massifs, qui s’étendent sur presque 6 km, percés de quatre portes et dotés de bastions, de tours d’artillerie et d’autres éléments, subsistent toujours.

Grotte de Seokguram et temple Bulguksa (1995)

Aménagée au VIIIe siècle sur les pentes du mont T’oham, la grotte de Seokguram renferme une statue monumentale de Bouddha regardant la mer dans la position bhumisparsha mudra . Avec les représentations de divinités, de bodhisattva et de disciples qui l’entourent, sculptées en hauts et bas-reliefs avec délicatesse et réalisme, c’est un chef-d’œuvre de l’art bouddhique d’Extrême-Orient. Le temple de Bulguksa, construit en 774, forme avec la grotte un ensemble d’architecture religieuse d’une valeur exceptionnelle.

Sanctuaire de Jongmyo (1995)

Jongmyo, dédié aux ancêtres de la dynastie Choson (1392-1910), est le plus ancien et le plus authentique des sanctuaires royaux confucéens conservés aujourd’hui. Son aspect actuel date du XVIe siècle. Il abrite des tablettes portant les enseignements des membres de l’ancienne famille royale. Des cérémonies rituelles associant musique, chant et danse s’y déroulent encore, perpétuant une tradition remontant au XIVe siècle.

Sites de dolmens de Gochang, Hwasun et Ganghwa (2000)

La Corée du Sud est le pays possédant la plus importante collection de dolmens, jusqu’à aujourd’hui 29 510 ont été découverts. Les cimetières préhistoriques de Gochang, Hwasun et Ganghwa abritent des centaines de dolmens – sépultures faites d’énormes dalles de pierre datant du 1er millénaire av. J.-C. Ils appartiennent à la culture mégalithique que l’on retrouve en de nombreux autres endroits du globe, mais jamais en si forte concentration.

Temple d’Haeinsa Janggyeong Panjeon, les dépôts des tablettes du Tripitaka Koreana (1995)

Le temple d’Haeinsa, sur le mont Kaya, abrite le Tripitaka Koreana , collection la plus complète de textes du canon bouddhiste, gravés sur 80 000 tablettes de bois entre 1237 et 1248. Destinés à recevoir ces tablettes – documents vénérés autant qu’œuvre d’art exceptionnelle –, les bâtiments du Janggyeong Panjeon datent du XVsiècle et sont les plus anciens dépôts du Tripitaka . Ils démontrent une maîtrise stupéfiante dans la conception et la mise en œuvre des techniques de conservation de ces tablettes de bois.

Tombes royales de la dynastie Joseon (2009)

Les Tombes Royales de la Dynastie Joseon constituent un ensemble de 40 tombes réparties sur 18 sites différents. Elles ont été construites sur plus de cinq siècles, de 1408 à 1966. Elles visaient à honorer la mémoire des ancêtres, saluer leurs réussites, asseoir l’autorité royale, protéger les esprits ancestraux du mal et offrir une protection contre le vandalisme. Des endroits d’une beauté naturelle remarquable ont été choisis pour les tombes. Protégées par une colline à l’arrière, elles sont orientées vers le sud, face à un cours d’eau et, idéalement, face aux chaînes de montagnes au loin. Outre la zone funéraire, les tombes royales comportent une zone de cérémonie et une zone d’entrée. En plus des monticules funéraires, les édifices associés font partie intégrante des tombes royales : le sanctuaire en bois en forme de T, l’abri des stèles, la cuisine royale, la maison des gardiens, la porte à pointe rouge et la maison du gardien des tombes. L’extérieur des tombes est orné d’objets en pierre, notamment des représentations humaines ou animales. Les Tombes Royales de la dynastie Joseon s’intègrent dans l’histoire des 5000 ans de l’architecture de tombes royales sur la péninsule coréenne.

Villages historiques de Corée : Hahoe et Yangdong (2010)

Fondés au 14e-15e siècle, Hahoe et Yangdong sont considérés comme les deux villages claniques historiques les plus représentatifs de la République de Corée. Leur disposition et leur emplacement, abrités par des montagnes boisées, face à une rivière et à des champs agricoles ouverts, reflètent la culture confucéenne aristocratique propre au début de la dynastie Joseon (1392-1910). Les villages étaient situés de façon à tirer une nourriture à la fois physique et spirituelle de leur environnement. Ils comprenaient les résidences des familles dirigeantes, les solides maisons à charpente en bois des autres membres du clan, ainsi que des pavillons, des salles d’étude, des académies confucéennes et des groupes de maisons à un étage à murs en torchis et toit de chaume, anciennement réservés aux roturiers. Les paysages de montagne, d’arbres et d’eau autour des villages, les panoramas encadrant les pavillons et les retraites, étaient célébrés pour leur beauté par les poètes des 17e et 18e siècle.

0 Flares Facebook 0 Twitter 0 0 Flares ×